Predire la
Beaute

Securite
& efficacite

Centre
Evaluation

Un reseau
Mondial

Prédire pour innover

Beauté infinie

Une beauté infinie

Prédire la beauté

Prédire pour innover

Anti-age

LR2412, la naissance d’une molécule anti-âge

Filtres solaires

A la découverte du Mexoryl SX et d’une nouvelle génération de filtres solaires

Vision innovation

Le Centre Mondial d'Evaluation Prédictive préfigure une nouvelle vision de
l’innovation

Développement

L’Oréal développe l’évaluation prédictive en Asie

Tissus reconstruits

Produire des tissus humains reconstruits pour les tests de sécurité et d’efficacité

Des modèles fiables

Des modèles reproductibles pour des tests fiables

Les tissus de demain

Les modèles de tissus reconstruits de demain

Le modèle "éponge"

Le modèle "éponge", un outil pour fabriquer une peau élastique proche de la peau humaine

High tech

Des technologies high tech au service de l’évaluation scientifique

La 3D

Sélectionner efficacement des molécules en 3D sur ordinateur

Imagerie

Tester les effets d’un ingrédient grâce à l’imagerie

Haut débit

Cribler des molécules à haut débit

Les Omiques

Evaluer l’impact d’une molécule grâce aux "omiques"

Environnement

Evaluer l'impact d'une formule sur l'environnement

Partenariats

De multiples partenariats scientifiques dans le monde entier

Un rôle pionnier

L’Oréal a joué un rôle pionnier dans le développement des méthodes alternatives aux
tests sur animaux

Chine

En Chine, formation des chercheurs et sensibilisation des autorités aux méthodes alternatives

Validation

Le long parcours de la validation

Pistes de travail

Les pistes de travail de recherche explorées au travers des collaborations

L’évaluation prédictive fait partie intégrante du processus de recherche et d’innovation de L’Oréal

Pour créer et proposer de nouveaux produits répondant aux attentes de beauté des hommes et des femmes du monde entier, les laboratoires de recherche de L’Oréal doivent être en mesure de prédire. Prédire c’est évaluer, très en amont dans le processus de mise au point d’un futur produit, ses effets bénéfiques (l’efficacité) ou éventuellement toxiques (la sécurité). Ainsi, un filtre solaire, par exemple, devra protéger efficacement des rayons du soleil sans présenter pour autant le moindre risque d’allergie ni d’impact environnemental. Ce minutieux travail d’anticipation, reposant sur un arsenal d’outils biologiques et technologiques, est ce que l’on appelle l’évaluation prédictive.

Etape 1 : Sélectionner les actifs

L’évaluation prédictive permet de sélectionner les meilleurs actifs

L’évaluation prédictive entre en action pour les actifs (des molécules). Les chercheurs évaluent les performances et le potentiel d’une molécule dans le cadre d’une recherche spécifique (produit hydratant, produit anti-âge, produit antipelliculaire...). Ils sélectionnent la meilleure molécule au sein d’une famille – celle qui favorise la régénération de la peau, par exemple. C’est ainsi que la molécule anti-âge LR2412 a été identifiée ou que la molécule Aminexil, luttant contre la chute des cheveux, a été retenue.

Parallèlement, l’évaluation prédictive est utilisée pour s’assurer, grâce à des tissus humains reconstruits (peau, cornée,...) ou maintenus en survie (cheveu), que cette molécule est à la fois efficace et non toxique.

Plus tard, l’évaluation prédictive permettra enfin de tester une molécule déjà exploitée dans un domaine afin d’explorer son potentiel pour de nouvelles utilisations : une molécule dont les propriétés exfoliantes (éliminant les cellules mortes) sont utilisées dans le cadre d’un produit contre le vieillissement cutané pourra ainsi faire l’objet d’une recherche en vue de la création d’une nouvelle génération de gommage du visage ou de soin du cuir chevelu, par exemple.

Etape 2 : Trouver la bonne formulation

L’évaluation prédictive aide à mettre au point la composition optimale d’un produit fini, la bonne formulation.

Deuxième grande étape : l’évaluation prédictive intervient lors de la mise au point de la composition d’un produit. La molécule est alors intégrée à un ensemble d’ingrédients en vue de devenir un produit final. A ce stade, il s’agit de trouver la formulation optimale. C’est ainsi qu’a été mise au point, par exemple, la technologie inédite ODS (Oil Delivery System), une émulsion eau dans l’huile qui optimise l’action du système de coloration et préserve le film protecteur naturel du cheveu. Lancé en 2009 sous le nom d’INOA (L’Oréal Professionnel) et en 2012 sous le nom d’Olia (Garnier), ce système a notamment permis d’éliminer l’ammoniaque (odorant et potentiellement irritant) des produits colorants et de faire de la coloration une expérience plus agréable.

Etape 3 : Evaluer

Les évaluations instrumentales et sensorielles permettent d’anticiper l’efficacité et la sensorialité d’un produit dans des situations réelles

Le troisième levier est l’évaluation de l’efficacité des produits finis dans des situations réelles. Les équipes de la recherche vont alors, avec l’aide d’instruments sophistiqués, mettre les produits en situation et tester leur efficacité : la résistance d’une coloration pour le cheveu à l’eau, l’intensité de la couleur d’une crème teintée, le mouvement ondulatoire de la chevelure.

Une piste de travail concerne l’évaluation sensorielle, autrement dit la perception subjective d’un produit par un consommateur. L’Oréal multiplie donc les études pour prédire l’efficacité perçue par le consommateur de ses formules. En effet, mettre au point un produit à la fois sûr et efficace pour le consommateur n’est pas suffisant. Les émotions qui sont associées à son utilisation doivent également faire écho à l’objectif final d’un produit. Ainsi, un soin hydratant corporel censé produire une sensation de confort et de douceur devra pouvoir traduire cette douceur dans sa texture, son parfum, sa couleur et son flacon par exemple. Ces perceptions sensorielles participent également à la perception de l’efficacité d’un produit cosmétique. Les laboratoires de recherche de L’Oréal, en collaboration avec les équipes de Consumer Insight, dédiées à la connaissance des attentes et des besoins des consommateurs, sont aujourd’hui capables d’anticiper les effets ressentis (effet "cheveux propres" pour un shampoing, sensation "peau nette" pour un démaquillant, ...) par l’utilisateur. Cette étape, appelée évaluation sensorielle, fait également partie intégrante de la mise au point d’un produit. Elle est anticipée très tôt et c’est à ce titre qu’elle est prédictive.