Predire la
Beaute

Securite
& efficacite

Centre
Evaluation

Un reseau
Mondial

Produire des tissus humains reconstruits pour les tests de sécurité et d’efficacité

Beauté infinie

Une beauté infinie

Prédire la beauté

Prédire pour innover

Anti-age

LR2412, la naissance d’une molécule anti-âge

Filtres solaires

A la découverte du Mexoryl SX et d’une nouvelle génération de filtres solaires

Vision innovation

Le Centre Mondial d'Evaluation Prédictive préfigure une nouvelle vision de
l’innovation

Développement

L’Oréal développe l’évaluation prédictive en Asie

Tissus reconstruits

Produire des tissus humains reconstruits pour les tests de sécurité et d’efficacité

Des modèles fiables

Des modèles reproductibles pour des tests fiables

Les tissus de demain

Les modèles de tissus reconstruits de demain

Le modèle "éponge"

Le modèle "éponge", un outil pour fabriquer une peau élastique proche de la peau humaine

High tech

Des technologies high tech au service de l’évaluation scientifique

La 3D

Sélectionner efficacement des molécules en 3D sur ordinateur

Imagerie

Tester les effets d’un ingrédient grâce à l’imagerie

Haut débit

Cribler des molécules à haut débit

Les Omiques

Evaluer l’impact d’une molécule grâce aux "omiques"

Environnement

Evaluer l'impact d'une formule sur l'environnement

Partenariats

De multiples partenariats scientifiques dans le monde entier

Un rôle pionnier

L’Oréal a joué un rôle pionnier dans le développement des méthodes alternatives aux
tests sur animaux

Chine

En Chine, formation des chercheurs et sensibilisation des autorités aux méthodes alternatives

Validation

Le long parcours de la validation

Pistes de travail

Les pistes de travail de recherche explorées au travers des collaborations


En avril 2011, le Groupe L’Oréal inaugurait à Lyon (Gerland), le premier centre mondial d’évaluation prédictive de l’industrie cosmétique. Son objectif : prédire plus tôt et plus sûrement la sécurité et l’efficacité des ingrédients et des produits finis, notamment dans le domaine de la cosmétique. Sa mission : produire des tissus humains reconstruits, comme la peau ou la cornée, et s’en servir pour tester les effets de nouvelles molécules.

Cette plateforme high tech, fournit également des tissus à des chercheurs de l’industrie pharmaceutique, chimique ou du monde académique, ainsi que des méthodes validées in vitro pour les tests de sécurité réglementaire demandés lors de la mise sur le marché de nouveaux produits.

Ce centre préfigure une nouvelle vision de l’innovation et de l’évaluation de demain : savoir prédire scientifiquement, l’innocuité et l’efficacité d’une molécule à partir de sa formule uniquement et avant qu’elle ne soit synthétisée, grâce aux connaissances acquises depuis plus de 30 ans sur un arsenal de tests de dernière génération.

1. Des tissus humains reconstruits

Le premier épiderme reconstruit au début des années 80 a été une vraie révolution dans la capacité de la Recherche de L’Oréal à prédire la sécurité des ingrédients.
La première méthode validée est le test de corrosivité et date de 1996.Elle a rendu possible l’arrêt des tests sur animaux sur les produits finis depuis 1989, soit 14 ans avant que la loi ne l’exige.
Les tissus reconstruits permettent de mesurer, de tester l’innocuité de formulations ou de principes actifs, ainsi que de comprendre les mécanismes du fonctionnement de la peau ce qui permet la création de nouveaux actifs et de nouvelles formules innovants.

Dans l’industrie cosmétique, les modèles de peau reconstruite ont pour but de tester la sécurité des matières premières et des produits finis (crème, shampoing, rouge à lèvres,...). L’enjeu est ainsi de prédire des effets toxiques (irritation, corrosion, allergie de contact,...), engendrés par un nouvel ingrédient, ou une combinaison d’ingrédients (une formule).

Sur la base de critères très précis, les modèles de peau reconstruite permettent d’évaluer la bonne tolérance d’une formule de soin, d’un hydratant entrant dans la composition d’une crème, d’un filtre solaire ou d’un antioxydant, par exemple. Ces modèles permettent à la fois d’identifier et de sélectionner de nouvelles substances ou de nouvelles combinaisons d’ingrédients.

Les modèles de peau reconstruites sont des outils pour le développement de méthodes in vitro d’évaluation de la sécurité des ingrédients. Ils servent aussi à la mise au point de produits cosmétiques et permettent de mieux appréhender les mécanismes biologiques de la peau. Comment les cellules de la peau communiquent-elles ? Comment et pourquoi le soleil provoque-t-il autant de dégâts ? Autant de questions auxquelles les nouveaux modèles de peau reconstruite pourront aider à apporter des réponses

Il reste beaucoup d’améliorations à apporter et de défis à surmonter : intégrer des cellules nerveuses, réduire les différences entre épidermes natifs et reconstruits en intégrant plusieurs types de cellules de la peau. Néanmoins les modèles sur lesquels travaillent les laboratoires de L’Oréal possèdent une morphologie et des propriétés de plus en plus proches de la peau humaine à l’état naturel.

2. Le Centre d’Evaluation Predictive de L’Oréal : un centre unique au monde

Le centre d’évaluation prédictive de L’Oréal de Lyon-Gerland réunit, dans un même lieu, recherche et production de tissus reconstruits, ainsi que des laboratoires d’évaluation.

En doublant la taille de ses installations, en 2011, avec 1260 m² carrés de salles blanches et 650 m2 de laboratoires de biologie, ce centre a considérablement renforcé sa capacité de production de tissus reconstruits et d’d’évaluation de la sécurité et de l’efficacité.
La production annuelle de tissus biologiques (peaux et cornées) atteint plus 130 000 unités
Le centre d’évaluation prédictive bénéficie d’une expérience très importante dans la maîtrise des tests. Depuis 2005, toutes les matières premières et les produits finis de L’Oréal y ont été évalués en sécurité et les tests d’efficacité ont démarré en 2011.

En outre, le centre d’évaluation prédictive est en mesure d’industrialiser les nouveaux modèles mis au point par les laboratoires de la Recherche Avancée de L’Oréal. Industrialiser un modèle de laboratoire signifie êtte en mseure de le produire à grande échelle de façonreproductible et fiable "Nous pouvons ainsi effectuer rapidement de nouveaux tests et obtenir des résultats tangibles et sûrs", explique Françoise Soler, directrice du Centre mondial d’évaluation prédictive de L’Oréal. Après l’irritation cutanée, le centre met aujourd‘hui en production des tests dans le domaine de la sensibilisation, autrement dit les réactions allergiques par contact. Les chercheurs s’appuient sur toutes les connaissances acquises par la R&I de L’Oréal.

Un patrimoine de connaissances unique

En 2011, le centre de Gerland a évalué plus de 1 300 produits finis et une centaine de matières premières, dans les domaines du vieillissement, du peeling et de la photo protection.
Tous les résultats obtenus, tant quantitatifs que qualitatifs, toutes les étapes nécessaires à la réalisation des tests sont systématiquement enregistrés dans des bases de données. Ce Centre capitalise ainsi sur l’ensemble des connaissances acquises. Il permet aux chercheurs d’évaluer in silico les effets d’un principe actif à partir de sa formule chimique grâce aux modèles prédictifs mis en place. Il accède ainsi à l’ensemble des résultats de tests sur tous les ingrédients, matières premières, formules et actifs utilisés en cosmétique. Il s’appuie également sur le patrimoine de connaissances acquises dans les laboratoires du Groupe (50 000 ingrédients).

Un accès aux tissus du monde entier

Disposant d’outils d’une incomparable diversité, les laboratoires de L’Oréal sont en mesure de réaliser des tests ou de créer de nouveaux modèles pour les consommateurs du monde entier.

Au-delà des compétences scientifiques et des capacités technologiques mises en jeu, le savoir-faire et la qualité du Centre mondial d’évaluation prédictive de L’Oréal résident dans la dimension mondiale des informations à disposition de ses chercheurs, comme par exemple, toutes les données relatives aux peaux asiatiques issues des centres de recherche de Pudong (Chine) et de Singapour.

L’Oréal et L’évaluation prédictive en chiffres

Centre d’évaluation prédictive de Gerland

  • 16 millions d’€ d’investissement depuis 2009
  • 1260 m2 de salles blanches
  • 650 m2 de laboratoires de biologie
  • 130 000 tissus reconstruits chaque année
  • 1337 tests de produits et d’ingrédients

Evaluation prédictive

  • 30 ans d’investissement
  • 30 millions d’€ d’investissement par an
  • L’évaluation alternative puis prédictive de la sécurité et de l’efficacité représente le plus gros budget de la recherche avancée du groupe