Predire la
Beaute

Securite
& efficacite

Centre
Evaluation

Un reseau
Mondial

Evaluer l'impact d'une formule sur l'environnement

Beauté infinie

Une beauté infinie

Prédire la beauté

Prédire pour innover

Anti-age

LR2412, la naissance d’une molécule anti-âge

Filtres solaires

A la découverte du Mexoryl SX et d’une nouvelle génération de filtres solaires

Vision innovation

Le Centre Mondial d'Evaluation Prédictive préfigure une nouvelle vision de
l’innovation

Développement

L’Oréal développe l’évaluation prédictive en Asie

Tissus reconstruits

Produire des tissus humains reconstruits pour les tests de sécurité et d’efficacité

Des modèles fiables

Des modèles reproductibles pour des tests fiables

Les tissus de demain

Les modèles de tissus reconstruits de demain

Le modèle "éponge"

Le modèle "éponge", un outil pour fabriquer une peau élastique proche de la peau humaine

High tech

Des technologies high tech au service de l’évaluation scientifique

La 3D

Sélectionner efficacement des molécules en 3D sur ordinateur

Imagerie

Tester les effets d’un ingrédient grâce à l’imagerie

Haut débit

Cribler des molécules à haut débit

Les Omiques

Evaluer l’impact d’une molécule grâce aux "omiques"

Environnement

Evaluer l'impact d'une formule sur l'environnement

Partenariats

De multiples partenariats scientifiques dans le monde entier

Un rôle pionnier

L’Oréal a joué un rôle pionnier dans le développement des méthodes alternatives aux
tests sur animaux

Chine

En Chine, formation des chercheurs et sensibilisation des autorités aux méthodes alternatives

Validation

Le long parcours de la validation

Pistes de travail

Les pistes de travail de recherche explorées au travers des collaborations


De longue date, L’Oréal a développé des méthodes d’évaluation prédictive de la sécurité de ses produits pour les consommateurs. La santé humaine allant de pair avec la "santé environnementale", les laboratoires de L’Oréal ont développé une approche similaire pour évaluer les éventuels effets de ses produits sur l’environnement.

Chaque année, L'Oréal introduit dans son portefeuille de nouvelles matières premières pour améliorer la qualité et la performance de ses produits. L’Oréal sélectionne ainsi les matières premières de meilleur profil environnemental et privilégie les matières premières issues de ressources renouvelables, sans menacer la biodiversité ni les écosystèmes dont elles sont issues.

La démarche de L’Oréal consiste à évaluer l’impact sur l’environnement de ses matières premières tout au long de leur cycle de vie, c'est-à-dire de l’amont (fabrication/production de nouvelles matières premières), à l’aval (leur impact sur l’environnement après leur usage par les consommateurs).

L’écotoxicologie : une démarche systématique d’évaluation environnementale

L’écotoxicologie désigne l’étude du comportement et des effets des substances chimiques sur l’environnement. Depuis 1995, le groupe L’Oréal s’est doté d’un laboratoire d’écotoxicologie. Cette structure s’est aujourd’hui développée en un Département de Recherche Environnementale.

Dès le début du processus de sélection, les matières premières sont évaluées selon des critères de persistance, de bioaccumulation et de toxicité pour les espèces animales et végétales vivant en milieu naturel.

La persistance signifie la faible dégradation naturelle de la substance dans l’environnement. La bioaccumulation témoigne de l’accumulation de la substance dans les organismes et les chaînes alimentaires.
Enfin, la toxicité des substances chimiques peut s’exprimer à court terme (toxicité aiguë) ou à plus long terme (toxicité chronique).

Cette évaluation prédictive est initialement fondée sur l’analyse des données environnementales transmises par le fournisseur. Elles sont complétées par des données de la littérature scientifique et des calculs de modélisation in silico lorsque la structure chimique des substances le permet. Si les substances sont insuffisamment documentées, des tests complémentaires de screening environnemental sont mis en œuvre sur des espèces représentatives du compartiment aquatique (en particulier micro-algues chlorophylliennes, micro-crustacés (daphnies), et alevins de poissons. Les grandes familles de produits cosmétiques sont également soumises à des analyses de cycle de vie qui permettent d’identifier les domaines de plus fort impact sur l’environnement.

Evaluation du produit - OCDE : Etape finale dans le processus de validation d'une nouvelle méthode alternative : Plus d'informations ici.

Prédire l’impact de l’utilisation de ressources naturelles sur la biodiversité

Chez L’Oréal, 40% des matières premières, sont déjà d’origine naturelle végétale ou microbienne (bactéries, micro-organismes, levures…). Dans les nouvelles matières premières sélectionnées, ce taux augmente chaque année.

La Recherche travaille encore à identifier des alternatives aux substances issues de la pétrochimie qui aient moins d’impact environnemental à performance égale, en explorant notamment les potentialités de molécules ou de solvants d’origine naturelle.

Cette démarche proactive a permis dans certains cas de trouver des alternatives d’origine végétale: 70 % des polymères nouvellement enregistrés sont d’origine végétale. Certains polymères de synthèse sont ainsi en cours de remplacement par des polysaccharides.

Mais cet approvisionnement ne doit pas menacer la biodiversité ou rompre un équilibre écologique.

L’équipe Développement Durable agit très en amont pour mettre en œuvre des projets diminuant l’impact environnemental de l’approvisionnement en matières premières d’origine naturelle.

Dans les faits, un laboratoire fait une déclaration d’intérêt pour utiliser une nouvelle matière première d’origine végétale : il pose un certain nombre de questions sur l’espèce concernée, son pays, son caractère sauvage, sa culture ou encore sa récolte. Autrement dit pour une espèce donnée, tous les enjeux de la filière seront répertoriés. Une espèce peut être menacée dans un pays et pas dans un autre.

Ces enjeux sont synthétisés et analysés ce qui permet d’interroger un fournisseur de façon très précise et déterminer si l’on peut ou non introduire cette matière première dans le portefeuille.