Predire la
Beaute

Securite
& efficacite

Centre
Evaluation

Un reseau
Mondial

L’Oréal développe l’évaluation prédictive en Asie

Beauté infinie

Une beauté infinie

Prédire la beauté

Prédire pour innover

Anti-age

LR2412, la naissance d’une molécule anti-âge

Filtres solaires

A la découverte du Mexoryl SX et d’une nouvelle génération de filtres solaires

Vision innovation

Le Centre Mondial d'Evaluation Prédictive préfigure une nouvelle vision de
l’innovation

Développement

L’Oréal développe l’évaluation prédictive en Asie

Tissus reconstruits

Produire des tissus humains reconstruits pour les tests de sécurité et d’efficacité

Des modèles fiables

Des modèles reproductibles pour des tests fiables

Les tissus de demain

Les modèles de tissus reconstruits de demain

Le modèle "éponge"

Le modèle "éponge", un outil pour fabriquer une peau élastique proche de la peau humaine

High tech

Des technologies high tech au service de l’évaluation scientifique

La 3D

Sélectionner efficacement des molécules en 3D sur ordinateur

Imagerie

Tester les effets d’un ingrédient grâce à l’imagerie

Haut débit

Cribler des molécules à haut débit

Les Omiques

Evaluer l’impact d’une molécule grâce aux "omiques"

Environnement

Evaluer l'impact d'une formule sur l'environnement

Partenariats

De multiples partenariats scientifiques dans le monde entier

Un rôle pionnier

L’Oréal a joué un rôle pionnier dans le développement des méthodes alternatives aux
tests sur animaux

Chine

En Chine, formation des chercheurs et sensibilisation des autorités aux méthodes alternatives

Validation

Le long parcours de la validation

Pistes de travail

Les pistes de travail de recherche explorées au travers des collaborations


Spécificités biologiques de la peau ou du cheveu, diversité des gestes ou des habitudes de beauté selon les cultures et les continents sont autant de réalités qui conduisent désormais les laboratoires de L’Oréal à "penser local". Parce qu’aujourd’hui l’innovation doit aussi naître là où vivent les consommateurs, L’Oréal a ouvert en Asie un pôle d’évaluation prédictive basé sur l’unité de Recherche Avancée de Singapour et le centre de production de peaux reconstruites et la plateforme de tests en Chine (Shanghai).

La diversité des peaux du monde a conduit L’Oréal à étudier leurs spécificités biologiques. Un objectif rendu accessible par l’implantation mondiale du groupe permettant à ses chercheurs d’avoir accès au matériel (peau, cheveux...) indispensable à ces études.

Une équipe de recherche de Singapour travaille en partenariat avec les institutions scientifiques et technologiques locales comme l’Institute of Medical Biology (IMB). Ce partenariat a permis à L’Oréal d’accéder à des cellules de peaux asiatiques destinées à être cultivées pour produire des peaux reconstruites dans son centre de recherche de Shanghai (Chine).

Déjà en 2010, L’Oréal a agrandi considérablement le campus de recherche de Shanghai qui s’étend désormais sur plus de 20 000 m2. Dans un nouveau laboratoire de 3 200 m2, les chercheurs produisent des modèles de peaux reconstruites d’origine asiatique qui sont utilisés pour étudier la pigmentation, s’assurer de l’innocuité des produits et promouvoir les méthodes alternatives aux tests sur animaux en Asie.

Participer à la généralisation de l’évaluation prédictive

Cette production a été rendue possible par la mise en place d’une étroite collaboration entre les scientifiques chinois et les laboratoires de L’Oréal contribuant à généraliser les méthodes d’évaluation prédictive en Asie. Concrètement, les chercheurs de quatre laboratoires chinois sont venus se former chez L’Oréal en France. Ils sont ensuite retournés dans leurs propres laboratoires où, accompagnés par un expert de L’Oréal et ont commencé à appliquer les méthodes acquises en France. "Les protocoles détaillés des méthodes ont été traduits en chinois pour chacun des laboratoires", précise José Cotovio, Directeur du Département des Modèles et Méthodes Prédictifs chez L’Oréal. "Enfin, chacun des laboratoires a été audité afin de valider la bonne exécution de la mise en pratique des méthodes d’évaluation prédictive". Un processus qui permet finalement à quatre laboratoires chinois de savoir produire des peaux reconstruites, de les utiliser pour réaliser des tests, et ainsi former des adeptes de l’évaluation prédictive.